News

Plus d’un an de détention pour Fariba Adelkhah

Alors que nous abordons le déconfinement complet, Fariba Adelkhah, chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po Paris, est en prison en Iran depuis maintenant plus d’un an, depuis le 5 juin 2019 !

En affichant son visage sur le site des institutions universitaires et des équipes de recherche de France, nous voulons manifester le soutien de la communauté scientifique et inciter le gouvernement à tout mettre en œuvre pour sa libération.

Le combat de Fariba pour la liberté est le nôtre.
Libérez Farida.

https://faribaroland.hypotheses.org/

Archives parlementaires – Mise en ligne de cinq volumes supplémentaires sur Persée

Cinq nouveaux volumes des Archives parlementaires de la Révolution française, correspondant aux tomes 28 à 32 (du 6 juillet au 30 septembre 1791), sont en ligne sur Persée.

Fruit d’un long travail d’édition électronique en partenariat avec la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, l’Institut d’histoire moderne et contemporaine – Institut d’histoire de la Révolution française et Persée, ils permettent des recherches poussées grâce à un balisage fin du texte et à une indexation des intervenants.

Le corpus en ligne est désormais le suivant : tomes 1 à 33 et tomes 96 à 102. Il couvre donc toute la période de la Constituante et une partie de la Convention.

Consulter la présentation des Archives parlementaires

Vidéo sur (et contre) la LPPR par des doctorant·e·s de l’IHMC

Deux doctorant·e·s de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (dont un de l’IHMC) expliquent comment la LPPR prévoit de mettre en concurrence les chercheur·se·s français·es.

Vidéo #1 du collectif Engagé·e·s pour la recherche, « LPPR #1 - Revalorisation salariale par des primes : la mise en concurrence des chercheur.e.s » (5’00"). 

Christophe Charle – À la conquête du « meilleur des mondes » (LPPR)

Christophe Charle a publié une tribune sur AOC [Analyse, Opinion Critique] à propos de la LPPR.

Entre le « meilleur des mondes » parfaitement programmé d’Aldous Huxley et un monde fait uniquement pour les « meilleurs », la frontière est ténue. Ainsi le monde de la recherche, acculé depuis les années 2000 par toutes sortes de réformes « darwiniennes », dont la très néolibérale LPPR constitue en quelque sorte la suite logique. Face à la dystopie de la normalisation rampante jusque dans les laboratoires, il faut résister.

Lire l’article complet (accès partiellement restreint)

Motion de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066)

Les membres de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC), réunis en Assemblée générale le mardi 21 janvier 2020, appellent à la mobilisation contre les projets de publication d’une nouvelle Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Ces projets ont pour effet, dans la continuité des dynamiques antérieures, de fragiliser davantage le monde de la recherche et de l’enseignement supérieur selon une logique « darwinienne » et « inégalitaire » (A. Petit) : pilotage contraint et centralisé de la recherche ; affectation des moyens soumis à des indicateurs de performance des unités et des personnels ; remise en cause des fonctions du Conseil national des Universités, de la collégialité́́ de l’évaluation par les pairs ; remise en cause du statut des enseignant·es-chercheur·ses et des chercheur·ses avec la disparition de la référence aux 192 HETD ; amplification de la contractualisation et de la précarisation dans l’ESR avec le CDI de projets, etc. qui affecteraient en premier lieu les BIATSS et ITA, mais aussi les chercheur·ses et enseignant·es- chercheur·ses, titulaires comme précaires (…). Cette réforme généralise la précarité́, renforce la logique managériale et anéantit la liberté́ d’étude et de recherche. Cette réforme s’inscrit dans un processus plus large de démantèlement de l’ensemble de nos services publics et de réduction drastique des pensions, qui annonce par ailleurs la remise en cause de la logique de solidarité nationale et l’allongement des carrières.

Face à ces menaces, les membres de l’IHMC tiennent à réaffirmer avec force les principes incontournables pour garantir, dans le cadre du service public de l’ESR, le bon fonctionnement et le rayonnement de leurs missions de recherche et d’enseignement. Soucieux de préserver une université ouverte à tous et de lutter contre toutes les formes de précarité des personnels, ils affirment leur attachement aux statuts pérennes des enseignants-chercheurs, des enseignants et des chercheurs et s’opposent au développement de toutes les formes de contractualisation. Ils réaffirment la nécessité de trouver les moyens pérennisés pour permettre la création de postes de titulaires et la revalorisation des traitements de l’ensemble des personnels. Les membres de l’IHMC s’opposent avec conviction à toutes les formes de libéralisation et de marchandisation de la recherche et de l’enseignement liées aux injonctions des appels à projets, qui méconnaissent nos libertés académiques. Ils affirment encore leur volonté de défendre les cadres nationaux de qualification et d’évaluation et s’opposent à la modulation des services.

L’AG invite l’ensemble des membres de l’UMR à rejoindre les mobilisations nationales en cours en participant aux actions et manifestations et à annuler ou reporter les journées d’étude et colloques qui ont lieu les jours de mobilisation. Les membres de l’IHMC s’engagent à boycotter systématiquement toutes les instances qui participent à la précarisation de la recherche et la mise en concurrence des chercheurs ».

La motion est votée à l’unanimité des membres présents et des représentés.

IHMC's seminars

Aucun séminaire n'est enregistré pour le futur proche.

N'hésitez pas à revenir dans quelques semaines pour voir si de nouvelles sessions sont enregistrées.

Printable version of this article Printable version
Labex Hastec
 
EUR Translitterae
PSL
Institut d'histoire moderne et contemporaine
IHMC - UMR 8066 (CNRS | ENS | Université Panthéon-Sorbonne)
45, rue d'Ulm, 75005 Paris, France
+33 (0)1 44 32 31 52 ou 32 86 | contact-ihmc@ens.fr