Accueil > Ressources > Publications > Toutes les publications par année > Publications 2016

Abraham Fabert, Du clientélisme au maréchalat (1599 – 1662)

Partager cette page :

Couverture de l'ouvrage

Fiche de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Fadi El Hage. Paris, L’Harmattan, juin 2016, 180 pages, ill. (Collection « Chemins de la Mémoire »). 

« Cet homme eut un courage intrépide, une application infatigable, une conduite irrépréhensible, et une capacité si diversifiée, qu’on n’a jamais bien su le plus beau de ses talents. » Telle était selon Courtilz de Sandras la réputation d’Abraham Fabert (1599-1662), fils d’imprimeur devenu maréchal de France. Homme de guerre aux multiples talents, il apparaît comme un modèle de loyauté et de mérite. Souvent considéré à tort comme roturier, ses origines et sa carrière ont été récupérées par les différents régimes politiques de la France pour l’intégrer au panthéon des grands hommes du pays. Loin des passions politiques et patriotiques ayant fortement influencé l’historiographie de Fabert, ce livre propose au lecteur de découvrir ou de redécouvrir un personnage emblématique de l’évolution sociale et militaire de la noblesse au XVIIe siècle, passant du clientélisme auprès de grands seigneurs au service de l’État.

L’auteur

Docteur en Histoire, enseignant de lettres-histoire, chercheur-associé à l’IHMC, Fadi EL HAGE est également directeur de travaux à l’École de Guerre. Il est l’auteur d’une Histoire des maréchaux de France à l’époque moderne (Nouveau Monde/DMPA, 2012), d’une biographie du maréchal de Villars (Belin, 2012), d’une étude

Extrait et sommaire 

En 1658, le médecin Guy Patin, célèbre épistolier écrivit que Fabert « a eu autrefois [les bonnes grâces] du vieux d’Épernon, qui , étant gouverneur de Metz, fit son père échevin de la ville, et a enrichi cette famille ».

Il vaut mieux disqualifier les supposés discours postérieurs affirmant qu’il avait été remarqué pour son air martial ou pour ses talents précoces au métier des armes (la même fable fut appliquée plus tard à Chevert, autre héros « plébéien »). Nous pouvons admettre que le jeune Fabert ait été plus attiré par la carrière des armes que par celle des ordres, à laquelle le destinait son père, mais une bonne tenue militaire lors d’un défilé n’a jamais auguré de talents futurs. Un tel amalgame est autant fautif que celui alliant le courage individuel et l’aptitude à commander des armées.

L’appui du duc d’Épernon fut beaucoup dans l’élévation première de Fabert. Ce dernier ne s’est jamais caché, le présentant même en termes élogieux ce protecteur des ses Mémoires quand il évoque « le duc d’Épernon dont le coeur, et la vertu a si longtemps soutenu ce que la fortune seule avait faite en lui avec tant d’éclat dans ses jeunes ans ».


Introduction
Chapitre 1 : Les origines de Fabert
Chapitre 2 : Un jeune noble protégé du duc d’Épernon
Chapitre 3 : L’esprit de service
Chapitre 4 : Un gouverneur et officier général d’une fidélité à toute épreuve
Chapitre 5 : La quête du bâton de maréchal de France
Chapitre 6 : La mort…
Chapitre 7 : … et les légendes
Conclusion
Chronologie

Version imprimable de cet article Version imprimable
Labex Hastec
Labex TransferS
PSL
Institut d'histoire moderne et contemporaine
IHMC - UMR 8066 (CNRS | ENS | Université Panthéon-Sorbonne)
45, rue d'Ulm, 75005 Paris, France
+33 (0)1 44 32 31 52 ou 32 86 | contact-ihmc@ens.fr