Home > Events > Conferences and workshops > Événements 2018

Les enjeux de la crise sécuritaire au Sahel

Entre fractures territoriales, terrorisme et conflits intercommunautaires

Share this page:

Mercredi 6 juin 2018, 8 h 45 – 18 h 30
Centre Mahler
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
9, rue Mahler
Paris 4e

Colloque organisé par des étudiants issus du master 2 Expertise des conflits armés (ECA) de l’Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne et du master 2 Géopolitique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - École Normale Supérieure de la Rue d’Ulm (M. Chambon, S. Compagnone, R. Foroughmand, A. Géhin, A. Mobedofi, F. Monot, D. Ringaud, J. Rolland, L. Roy, E. Sabatier de Saint-Lager), avec le soutien de la Chaire des Grands Enjeux Stratégiques Contemporains et de l’Institut Guerre et Paix de la Sorbonne.

Le Sahel – expression qui désignera les territoires des États membres du G5 Sahel pour ce colloque – est aujourd’hui confronté à une crise sécuritaire majeure mêlant rébellions de bandes armées, insurrections djihadistes, coups d’État, trafics illicites de drogue, d’armes et de migrants.

S’il est vrai que certains pays sahéliens sont coutumiers de la violence armée depuis leur accession à l’indépendance, le déploiement de réseaux terroristes sur leur territoire reste relativement récent. La chute de Mouammar Kadhafi en 2011 – qui a débouché sur un relâchement de la surveillance des frontières et sur une mise en circulation d’une quantité considérable d’armes – et l’éclatement de l’État malien ont été les éléments déclencheurs d’une crise sécuritaire latente. Les interventions internationales multiples ne débouchent pas sur un apaisement de la situation. Les populations n’ont pas accès aux services régaliens de base et la légitimité des États en place est de plus en plus remise en question.

Aujourd’hui, cette montée en puissance de l’insécurité constitue une source d’inquiétude aussi bien pour les États de la région que pour la communauté internationale. L’Europe est notamment concernée par le risque migratoire et le risque sécuritaire.

La France est particulièrement impliquée dans cette région du fait, en partie, de son passé colonial. Ainsi, en 2013 l’opération Serval était lancée pour aider au rétablissement de l’État malien (jusqu’alors considéré comme l’État le plus « avancé » de la région) et soutenir la mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). Si cette bataille militaire a été un succès, elle n’a pas permis de gagner la bataille politique. L’opération Barkhane a donc pris le relais en 2014 : 4 000 soldats français sont actuellement déployés pour lutter contre la menace terroriste au Sahel. Il s’agit cette fois de donner une dimension régionale à la lutte contre les groupes armés en impliquant également les pays voisins du Mali avec la création du G5 Sahel, et de viser à une stabilisation durable de la région avec le pilier développement de cette organisation. Le Président Macron porte haut ce projet car à terme la Force Conjointe Transfrontalière du G5 Sahel devrait prendre le relais de l’armée française, qui commence déjà à ne plus être perçue comme le libérateur.

« Où en est la situation sécuritaire du Sahel depuis la mise en place de ce nouveau dispositif militaire ? Quelle est la place de la France, et à plus grande échelle de l’Europe, dans la sortie de la crise sécuritaire au Sahel ? » sont autant de questions auxquelles ce colloque tentera de répondre.

Programme

PDF - 215.3 kb
Programme du colloque

8 h 45 – 9 h 15 : ACCUEIL DES PARTICIPANTS

9 h 15 – 9 h 30 : INTRODUCTION GÉNÉRALE DU COLLOQUE

Mots de Grégory Daho, maître de conférences en Science Politique, et d’un étudiant organisateur.

9 h 30 – 10 h 45 : PANEL 1 -Les carences structurelles du Sahel : les prémisses d’une crise sécuritaire

Intervenant : Jean-Marc Châtaigner, ambassadeur envoyé spécial pour le Sahel

Discutant : Jean-Marc Gravellini, responsable de l’Unité de Coordination de l’Alliance Sahel

Modératrices : Roxane Foroughmand et Fantine Monot.

10 h 45 – 11 h 00 : PAUSE CAFE

11 h 00 – 12 h 15 : PANEL 2 - Rétablir la sécurité au Sahel : quel panorama des défis sécuritaires?

Intervenants : 
Niels Tourneret, chef de bataillon dans l’armée de Terre ayant réalisé des missions au Mali et au Tchad ; 
Colonel Frédéric Garnier, chef du département Afrique subsaharienne de la Direction Générale des Relations Internationales et de la Stratégie

Discutante : Florence Brisset-Foucault, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne et responsable du parcours Études africaines du master de Science Politique

Modérateurs : Jehanne Rolland et Erwan Sabatier de Saint-Lager.

12 h 15 – 14 h 00 : PAUSE DÉJEUNER

14 h 00 – 15 h 15 : PANEL 3 - Le G5 Sahel, acteur ou instrument de la paix ?

Intervenants :
Hugo Sada, chercheur associé à la Fondation pour la Recherche Stratégique
Un militaire du G5 (à confirmer)

Discutant : Nicolas Desgrais, PhD en relations internationales à l’Université du Kent

Modérateurs : Denis Ringaud et Léo Roy.

15 h 15 – 15 h 30 : PAUSE CAFE

15 h 30 – 16 h 45 : PANEL 4 - Le rôle des tensions communautaires dans les conflits.

Intervenants : Charles Gremont, chercheur à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), au CNRS et à l’Institut du monde africain ;
Bandiougou Diawara, Responsable du Projet BIOPALT à l’UNESCO

Discutant : Marc-Antoine Pérouse de Montclos, directeur de recherche à l’IRD et au CEPED

Modératrices : Mouna Chambon et Ania Mordache.

16 h 45 – 17 h 00 : PAUSE CAFE

17 h 00 – 18 h 15 : PANEL 5 - Afghanistan-Sahel : même combat ?

Intervenant : Serge Michaïlof, chercheur associé à l’IRIS

Débatteur : Jean-Bernard Véron, chercheur à l’IRIS, rédacteur en chef de la revue Afrique Contemporaine

Modératrices : Sara Compagnone et Apolline Géhin.

18 h 30 : COCKTAIL DE FIN DE COLLOQUE

Attached documents

Printable version of this article Printable version
Labex Hastec
Labex TransferS
PSL
Institut d'histoire moderne et contemporaine
IHMC - UMR 8066 (CNRS | ENS | Université Panthéon-Sorbonne)
45, rue d'Ulm, 75005 Paris, France
+33 (0)1 44 32 31 52 ou 32 86 | contact-ihmc@ens.fr