Accueil du site IHMC

Accueil > Le Laboratoire > Les membres > Doctorant·e·s > PAYSANT Élise

PAYSANT Élise

Sujet de thèse : Défendre ses droits, négocier ses intérêts. La formation d’un système juridique pluraliste dans la ville coloniale de Saint-Louis au Sénégal, des années 1840 aux années 1910.

Directrice et co-directeur de thèse : Hélène Blais (ENS, IHMC) et Ismail Warscheid (IRHT, CNRS)

Date de première inscription : septembre 2021

Enseignement : Chargée de TD en histoire contemporaine à l’Université Paris X Nanterre depuis septembre 2020

Thèmes de recherche :

  • Histoire sociale de la justice coloniale ;
  • Histoire du droit musulman ;
  • Histoire de l’islam ouest-africain ;
  • Histoire de l’empire colonial français

Formation et concours

  • Agrégation externe d’histoire (2020)
  • Master d’histoire transnationale (École normale Supérieure Paris et École des Chartes, 2019)
  • Licence de droit (Université Paris Nanterre, 2019)
  • École normale Supérieure Paris A/L (2017)

Résumé du projet de thèse

Des années 1840 aux années 1910, un système juridique pluraliste contesté prend forme dans la ville coloniale de Saint-Louis au Sénégal, à la faveur des positionnements changeants des administrateurs, des magistrats, des intermédiaires ainsi que des demandes des justiciables. Il mêle à des institutions judiciaires calquées sur le modèle de la métropole française un tribunal musulman créé en 1857 en réponse à la demande des élites musulmanes soucieuses d’être jugées selon leur statut personnel musulman. Ce paysage juridique atypique au sein de l’empire colonial français a été peu étudié par les historiens et peu de travaux articulent l’étude du droit musulman et du droit colonial en Afrique de l’Ouest. Pourtant, la région sahélo-saharienne est marquée depuis le XVIème siècle par une activité savante islamique particulièrement dynamique dans le domaine juridique, qui préexiste à l’établissement d’institutions judiciaires par les autorités coloniales françaises. Cette étude vise donc à analyser de manière conjointe la formation du système juridique colonial et les mutations du droit musulman pour comprendre les modalités et les enjeux de la formation d’une telle situation de pluralisme juridique. Quelles stratégies judiciaires les justiciables ont-ils mis en œuvre, en privilégiant une juridiction par rapport à une autre, pour défendre leurs droits et négocier leurs intérêts ? Comment la transformation de la pratique du droit musulman au sein de l’institution coloniale du tribunal musulman a-t-elle affecté leur capacité d’action socio-économique ? Un système « infra-judiciaire » musulman s’est-il recomposé en parallèle de la justice officielle formée du tribunal musulman et des cours françaises ? Une étude à l’échelle locale sur un temps long permettra de rendre compte du chevauchement des juridictions et des variations dans le temps des stratégies judiciaires des habitants, en fonction des mutations socio-économiques et juridiques.

Title : Defending rights and negotiating interests. The shaping of a pluralist legal system in the colonial city of Saint-Louis, Senegal, from the 1840s to the 1910s

Summary

From the 1840s to the 1910s, a disputed pluralist legal system took shape in the colonial city of Saint-Louis in Senegal. It was the outcome of the constant negotiations between colonial administrators, judicial officials, Senegalese intermediaries, and litigants. It combined judiciary institutions modelled after the metropolitan system and a Muslim Tribunal founded in 1857 as the result of the repeated claims of Senegalese Muslim notables to be judged according to their Muslim personal status. This atypical legal landscape within the colonial French empire has received little scholarly attention and few historical studies combine the analysis of Islamic law and colonial law in West Africa. Yet, from the 16th the century onwards, an intense scholarly Islamic activity thrived in the Western Sahara, especially in the field of Islamic law, and these networks of Muslim legal scholars preexisted to the establishment of judicial institutions par the French colonial authorities. I propose to analyze together the shaping of the colonial legal system and the changes of Islamic law and to investigate the implications of this new pluralist legal system. What were the strategies of jurisdictional jockeying developed by the litigants to defend their rights and to negotiate their interests ? How did the transformation of the Islamic legal practice within the colonial institution of the Muslim Tribunal affected their socio-economic capacity ? Did a Muslim “infra-judiciary” system endured and redefined itself outside of the colonial state law, which englobed the colonial French courts and the Muslim tribunal ? A study at a local scale over a long period of time will enable me to investigate the overlapping of jurisdictions and the variations over time of the legal strategies of the colonized, as the socio-economic and legal landscape changed.

Documents joints

Publié le 13 octobre 2021

Version imprimable de cet article Version imprimable